dimanche 27 mai 2018

Macron, Ben Salman et le Magic Kingdom d'Arabie Saoudite


Winou ? (où est-il ?) Au pays de l'or noir, où l'omniprésent Prince héritier Ben Salman avait disparu des écrans radar depuis un mois, ce murmure interrogatif était devenu le grondement retentissant de toute la population. La rumeur propagée par le téléphone arabe rapportait qu'il avait été blessé lors d'une fusillade au Palais en avril dernier avant d'être exfiltré vers son île privée des Maldives en attendant la purge de ses services de sécurité. Finalement après quatre semaines de coma médiatique, il est réapparu le temps d'un cliché avec le Président de la FIFA venu le complimenter d'avoir autorisé les femmes à assister aux matchs de foot en Arabie. Deux jours avant, Ben Salman avait donné des premiers signes de sa résurrection en téléphonant à Emmanuel Macron. Sans doute souhaitait-il livrer à son ami la primeur de ses analyses sur les événements internationaux du mois écoulé : le reniement de la signature des Etats Unis sur l'Iran, la provocation de Trump à Jérusalem, les crimes de l'État hébreu, l'annulation du rendez-vous de Pyongyang, la réélection de Poutine, de Maduro, les attentats en Afghanistan, Pakistan, Indonésie, des élections en Tunisie, Italie, Irak, Malaisie, Arménie, Liban, la tension en mer de Chine, la hausse du prix du baril... Las, le compte-rendu de l'entretien rendu public par un communiqué du 23 mai restera dans les annales de la salle de presse de l'Élysée comme un modèle de langue de bois destiné aux journalistes pris pour des jambons.

"Le Président de la République s’est entretenu le 22 mai avec le Prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salman.
Cet entretien a été l’occasion, quelques semaines après la visite du Prince héritier en France, de faire le point sur les dossiers bilatéraux et régionaux.
Sur les sujets régionaux, le Président de la République a réitéré les positions et les engagements de la France sur le dossier nucléaire iranien, la Syrie et le Yémen, en soulignant l’importance de trouver une issue pacifique et négociée à ces crises, déstabilisatrices pour la région. La conférence humanitaire sur le Yémen décidée lors de la visite du Prince héritier à Paris a été confirmée pour la fin du mois de juin à Paris.
Le Président de la République et le Prince héritier ont également échangé sur les réformes en cours au royaume. Dans ce cadre, la question des droits de l’Homme a été évoquée, pour faire suite notamment aux échanges entre les deux hommes à Paris en avril dernier »
Winou cheytan ? (où est le diable?
« les deux hommes » ont fait le point sur des dossiers « bilatéraux » mais nul ne saura jamais lesquels. Mystère et boules de gommes ! Ils ont été plus diserts sur les sujet « régionaux » l'Iran et la Syrie, le Yémen et même (quelle audace!), ils ont évoqué des droits de l'Homme en Arabie Saoudite... mais strictement dans le cadre des « réformes en cours au royaume ». On est rassuré.
Le diable se cache toujours derrière le non dit. Au lendemain d'un ignoble massacre, alors que l'opinion publique internationale est indignée par le pogrom ordonné par Netanyaou sur Gaza, alors que les plus modérés s'interrogent désormais sur le droit à l'existence de cet État colonialiste autrement que dans la guerre et le sang, le vice-roi d'Arabie et le président français n'ont même pas parlé d'Israël.


Les Albigeois du Royaume de Saba
Tout aussi extravagante est la complice duplicité avec laquelle « les deux hommes » ont évoqué l'hécatombe au Yémen, génocide comparable à celui des croisés contre les Albigeois cathares il y a huit cents ans. Sous les yeux des États silencieux, le Yémen meurt à petit feu. 
Le plus beau des pays arabes est depuis quarante mois défolié par des bombardement incessants. Ses rivages, ses îles, une partie de ses terres sont occupés militairement par une coalition de mercenaires emmenés par l'Arabie Saoudite. Dans l'indifférence des puissants, sur fond de guerre froide alibi de tous les abus, loin des caméras du 20 heures, des milliers d'enfants meurent d'une balle entre les yeux, d'un éclat d'obus, d'une maladie infectieuse, ou de faim. (1) Ben Salman, grand ordonnateur du carnage n'est ni un guerrier, ni un politique, c'est un communiquant cynique qui s'auto-convainc de sa propre propagande. Il se récite en boucle la fable du loup et l'agneau. Horreur dans l'horreur et comble de la duplicité : les médias du royaume et leurs relais internationaux diffusent des reportages montrant la distribution aux gamins du Yémen de colis de nourriture à l'effigie du prince qui les affament.

« La politique la plus coûteuse, c'est d'être petit » *
La France participe sans état d'âmes à ce sinistre jeux de trompe-couillons car non seulement elle fournit des armes et un soutien logistique aux forces royales saoudiennes mais elle partage la politique du double langage en acceptant de patronner avec l'Arabie « une conférence humanitaire » qui se tiendra à Paris en juin prochain. Ce sera à n'en point douter, une tribune supplémentaire de désinformation et de propagande habilement organisée par l'une des dizaines d'agences de communications internationales grassement payées par Riyad. On y verra à la tribune une palanquée de sommités internationales et quelques ONG qui diront au grand jour combien l'Arabie est humaine et généreuse avec ceux qu'elle trucide la nuit. Dans ce monde à vendre, l'argent peut tout acheter. Y compris Emmanuel Macron, Président du pays de référence des droits de l'Homme, qui donne l'impression de monnayer des « indulgences » contre des bons d'achats aux usines d'armements. Il est vrai que les Saoud achètent les yeux fermés, sans marchander, souvent au comptant ou selon un échéancier de paiements en avance des phases de fabrications. Zéro risque et gros bénéfices assurés. Dans ces conditions, difficile de refuser de vendre des jouets meurtriers au patachon de Trump même au prix d'incalculables conséquences.

Saudi Magic Kingdom
Pendant qu'il anéantit le Yemen et encage tous ceux qui osent le contester, Ben Salman rêve de transformer son pays en Amérique à lui. Tout comme son mentor de la Maison Blanche, il est manipulé par une bande de gourous évangélistes qui se remplissent les poches en vendant des gadgets et en lançant des idées loufoques à portée de compréhension de bédouin.

Au royaume des Saoud, hormis les travailleurs immigrés (10 millions), toute la population (20 millions) s'ennuie. Gavée de sucreries, de foot et autres stupéfiants, elle passe l'essentiel de son temps à prier que le ciel s'écroule sur la tête de ses oppresseurs. Dés qu'ils le peuvent les Saoudiens s'échappent en famille vers l'étranger pour aller respirer l'air de la liberté. Les plus riches partent en Europe ou en Amérique, les autres estivent en Asie et en Afrique. Les experts yankee ont chiffré le prix de cette bouffée d'oxygène à 20 milliards de dollars par an. Pourquoi ne pas les inciter à dépenser cet argent sur place ont-ils suggéré ? C'est ainsi qu'au début du printemps, toutes affaires cessantes, Ben Salman s'en est allé trois semaines durant visiter les parcs de loisirs de Floride et de Californie. Il a multiplié les contrats avec tous les forains des USA. Un opérateur texan, le Mozart de la profession, a promis de transformer le royaume des ténèbres en foire du trône. Aussitôt, des centaines d'architectes et de paysagistes ont été mobilisés sur le projet de reconversion d'un bac à sable de la banlieue de Riyad. "Quiddiya", le nouveau « Saudi Mickey » sera le plus innovant et le plus grand centre de loisir du monde. Il comprendra une cinquantaine d'hôtels et de résidences de luxe et une dizaine de parcs sur la thématique du voyage. Ainsi, tout en demeurant sur la terre du prophète les heureux sujets Saoudiens auront l'illusion de séjourner à l'étranger. Le « french corner » sera une réplique des Champs Elysées avec à chaque extrémité l'Arc de Triomphe et l'Obélisque qui depuis Paris, seront déménagés. Macron s'y serait engagé !...


  1. https://www.les-crises.fr/un-repas-par-jour-des-meres-yemenites-essaient-de-nourrir-leur-famille-par-maggie-michael/


    *Charles de Gaulle mars 1964 en Guadeloupe





vendredi 13 avril 2018

Le grand livre de la diplomatie française en Chine de Claude Martin

Voici un précis de diplomatie de 946 pages qui se lisent comme cent. C'est un pavé de 800 grammes digeste et gourmand qui se déguste en trois jours et deux nuits. Son auteur est une légende du Quai d'Orsay « La Chine, c'est lui. Il est capable en un rien de temps d'improviser au débotté un discours de dix pages en mandarin, en cantonais ou en wu ». 
Au gré de ses multiples affectations à Pékin, de simple attaché à plénipotentiaire, au fil de ses innombrables voyages touristiques ou officiels, il a accumulé un savoir considérable sur le pays le plus mystérieux du monde. Il a aussi exercé ses talents dans les plus hautes fonctions du ministère des Affaires étrangères et servi comme ambassadeur de France en Allemagne.
Claude Martin, La diplomatie n'est pas un dîner de gala, Mémoires d'un ambassadeur Paris-Pékin-Berlin, aux éditions de l'Aube.

Contrairement aux exercices mémoriels qui foisonnent celui-là ne cède ni à la tentation du moi-je, ni à celle du règlement de comptes. L'auteur témoigne sobrement et avec élégance de ce qu'il a vu, entendu, pensé. À le lire, on reçoit ses confidences comme celles d'un ami qui serait assis dans un fauteuil à vos côtés.
1964, vingt ans, diplômé de Sciences Po et de chinois ; à peine reçu à l'ENA, il est réquisitionné pour aller effectuer son service à la chancellerie de Pékin ouverte quelques mois plus tôt. Il y prendra des habitudes de vagabondages à pied en train ou à vélo. Dès qu'il le peut, il s'évade du quartier diplomatique pour aller renifler la réalité dans les provinces les plus reculées. Il est curieux de tout. Il découvre un monde prodigieux en pleine ébullition. Bien des années plus tard, devenu diplomate de haut rang « son Excellence » ne se sentira jamais très à l'aise à l'arrière des limousines-chauffeur-fanion. Il gardera ses habitudes d'échappées incognito. Car pour dialoguer avec les chefs d'États, il ne suffit pas de savoir leur dialecte, il faut connaître parfaitement leur pays. Il faut avoir pris le temps d'échanger avec les hommes de la rue et les femmes des campagnes, d'avoir fait un bout de chemin avec des anonymes croisés au hasard. Il faut aussi découvrir l'histoire complexe, percer les cultures mystérieuses. Le talent d'un diplomate se mesure à sa capacité d'endosser la peau de son interlocuteur.

Pendant des décennies, chaque fois que les relations avec la Chine menaçaient de tourner au vinaigre, Paris dépêchait Claude Martin à Pékin. L'amoureux du pays y allait de bon cœur. Au pire moment, il est nommé ambassadeur, chargé d'apaiser les crises à répétition provoquées par les turpitudes de ministres français inconscients. 
Le lecteur se régalera des sobres descriptions élogieuses ou calamiteuses de dizaines de personnages illustres de l'époque. On se met à regretter que l'auteur n'ai pas développé davantage cette éblouissante galerie de portraits où les meilleurs côtoient les pires. Car à la chancellerie de France à Pékin puis plus tard à celle de Berlin, Claude Martin a vu défiler le tout Paris ! Des hommes politiques de tous les bords, des cinéastes, des écrivains, des musiciens, des hommes d'affaires... Certains imbus de leur personne, des donneurs de leçons, d'autres plus modestes et lucides. Tous étaient jaugés, soupesés, appréciés ou méprisés par l'impassible et aimable diplomate français habitué à sonder les grands de ce monde.
« pourquoi toi qui connais la Chine, travailles-tu dans les Affaires européennes ? » lui avait un jour demandé Deng Xiaoping – plus j'étudie la Chine, plus je me sens européen avait répondu malicieusement Claude Martin.

Après avoir dirigé l'Asie au Quai d'Orsay, il supervise la diplomatie française en Europe visitant toutes les chancelleries (y compris les moins confortables comme celle de Sarajevo). Responsable des relations économiques internationales, il bouscule les convenances en soutenant la croisade internationale de l'OCDE contre la corruption alors que vient d'éclater en France le scandale des frégates de Taïwan. Il est nommé ambassadeur à Berlin « je vous laisse partir pour l'Allemagne, mais à une condition : chaque fois que je viendrai vous voir, nous parlerons de la Chine... » lui dira Chirac qui le maintiendra à son poste pour une durée inhabituelle de neuf ans. À l'arrivée de Sarkozy, Claude Martin quitte le Quai d'Orsay pour rejoindre la Cour des comptes. Puis il prend sa retraite pour venir nous rendre compte de ses étonnantes missions de serviteur de l'État.


Il y a un demi-siècle, un ouvrage médiocre mais prémonitoire sur l'éveil de la Chine s'était vendu à un millions d'exemplaires. Espérons que celui de Claude Martin connaitra le même succès en librairie. Ce serait amplement mérité pour l'auteur, mais surtout très instructif pour les lecteurs de ce voyage dans les profondeurs méconnues de notre diplomatie qui révèle les grandeurs et les petitesses des Français.

samedi 7 avril 2018

Mohamed Ben Salman d'Arabie chez Macron

Au royaume des ténèbres, quelques lucioles se sont mise à briller. La monarchie saoudienne a changé. Depuis son accession au trône en janvier 2015, la dynastie des Salman s'emploie méthodiquement à détricoter les interdits qui enfermaient la population dans un carcan médiéval. Pour avoir été l'un de ceux qui dénonçaient les abominations du Royaume, l'auteur de ces lignes doit reconnaitre que les réformes engagées par Salman père et fils ont allégé le fardeau de la vie quotidienne des Saoudiens. Mais dans le même temps, obtempérant au dictat des Etats Unis, et à contre courant des opinions arabes, l'Arabie s'est engagée dans la voie d'une reconnaissance d'Israël.

Au Royaume des rois aveugles...
Hier encore, l'Arabie Saoudite était une monarchie plurielle désunie composée de roitelets cupides et avachis. Le mode de succession favorisait l'intronisation de princes gâteux qui partageaient le pouvoir avec leur nombreuse fratrie et cousinade. La puissance de certains dépassait parfois celle du monarque. Ainsi, la lignée des Sultan et celle des Nayef qui depuis quarante ans s'étaient respectivement arrogés les fiefs du ministère de la défense et de l'intérieur, disposaient chacun d'un état dans l'état. Richissimes à milliards, ils possédaient leur propre service de renseignement et menaient dans le royaume et à l'étranger la politique de leur bon vouloir. Suivant leur exemple, des dizaines d'autres princes de sang et des centaines de petits marquis et roturiers fortunés s'étaient pris aux jeux d'influence des affaires du monde, mêlant business et politique. Pendant que l'un prenait sous son aile la Tunisie, l'autre s'intéressait à l'Éthiopie, celui-ci s'entichait de l'Érythrée, celui-là du Soudan ; enfin, les plus nombreux distribuaient sans discernement des valises de dollars à des groupuscules armés en Syrie, Afghanistan, Yémen, Mali, Somalie, Irak, Libye.... La communauté internationale s'accommodait d'autant mieux de cette pétaudière qu'elle en tirait les ficelles et de substantiels avantages. Ainsi, Bush jouait au golfe et picolait avec le Prince Bandar ; des personnalités françaises avaient elles aussi leurs favoris. Cette pluralité de l'offre saoudienne qui mêlait politique et affairisme permettait de faire monter les enchères sur les théâtres d'opérations et à la bourse des rétrocommissions.

La reprise en main du Royaume
En janvier 2015, Salman accédait au trône après avoir habilement écarté tous les prétendants. Très vite, il propulsait le plus jeune de ses fils Mohamed aux commandes de l'armée. Puis, bafouant les règles de la tradition, il parvenait dans la foulée à l'imposer comme Prince héritier. Un an plus tard, à l'autre bout du monde, Trump devenu Président soumettait les arabes à son dictat menaçant de disparition tous ceux qui n'appliqueraient pas sa feuille de route. À Riyad, en mai 2017, tous les chefs d’États et de gouvernements arabes lui prêtèrent allégeance avec un soupir de soulagement car ils se souvenaient combien ils avaient tremblé durant la courte saison des « printemps arabes ». Pour l'exemple, l'indiscipliné petit Qatar, supporter de l'équipe des frères musulmans, était soumis à un blocus humiliant. Mais sélectif dans l'indignation, Trump adoubait la poursuite de l'agression de la coalition conduite par l'Arabie depuis mars 2015 contre le Yémen où une partie de la population continuait de scander : « mort à l'Amérique, mort à Israël, maudits soient les juifs, victoire à l'islam ». Enfin, sur injonction de Trump, Riyad mettait de l'ordre dans le financement des mercenaires « terroristes » au Levant et entamait un processus de normalisation de ses relations avec Tel Aviv.

Big win-win deal
Le propos du Président : « sans les Etats-Unis le pétrole saoudien ne pourrait pas être exporté ni l'eau de mer dé-salée » avait été compris. Le culot a payé. La faim et la soif sont des arguments prégnants dans la mémoire séculaire des bédouins.
Le new big deal Trump-Salman est un win-win qui doit enrichir et consolider le pouvoir de chacun. Le pétrole sera nationalisé à bon compte par les Texans qui en échange vendront au prix fort une panoplie de protection et le rêve d'une Arabie clonée sur le modèle de Dubaï. À l'horizon 2030 des citées ultramodernes seront construites sur les bords de la mer Rouge à quelques encablures de l'Égypte et d'Israël. Ces phalanstères de prospérité et de tolérance marqueront la renaissance arabo-musulmane de la Péninsule et l’émergence d'une nouvelle société saoudienne débarrassée de ses lois moyenâgeuses... Utopique ou réaliste cette politique qui s'affiche en « Vision » porte par sa seule annonce le signe d'une réforme inouïe car elle prétend guider le destin des mortels sur la terre du Prophète, alors qu'il n'appartient qu'à Allah ! Indignés mais impuissants, les salafistes n'en finissent pas de marmonner dans leur barbe des fatwas vengeresses.

Réforme et répression pour tous
La femme saoudienne au volant est un symbole universellement salué. Mais des centaines d'autres mesures moins médiatisées ont été prises. Chaque journée apporte son lot d'agréables surprises. Voici le secrétaire général de la tristement célèbre Ligue Islamique qui déclare que le voile intégral n'est pas une obligation religieuse. Voici le Prince héritier qui à l'occasion d'une visite au Caire, reçoit le patriarche copte, puis à Londres s'entretient avec l'Evêque anglican, l'invite en Arabie sur ses terres où traditionnellement toute expression religieuse non musulmane était il y a encore quelques mois interdite et cruellement châtiée. À la jeunesse désoeuvrée, les Salman offrent des distractions : des cinémas, des salles de concerts, des parcs d'attraction. Le tourisme intérieur et l'archéologique (ante-islamique) sont encouragés.
Revers de la médaille, cette politique de tolérance nouvelle exclut toute forme de revendication ou de dissidence. Les militants des droits de l’homme, les démocrates et les opposants politiques demeurent impitoyablement traqués discriminés et persécutés tout comme la minorité chiite (15% de la population) au prétexte de la lutte contre le terrorisme. La réforme et les libertés nouvelles ne résultent que de la magnanimité du roi qui réprime impitoyablement toute revendication de la plèbe, mais aussi de la bourgeoisie et de la noblesse.

La rançon des milliardaires
Dans la nuit du 4 novembre 2017 une incroyable opération commando procédait à la rafle de plusieurs centaines de personnalités parmi lesquelles des Princes de sang, des ministres et des multi-milliardaires réputés intouchables. Bakounine en avait rêvé, Salman l'a fait !
Ce coup de force présenté par les agences de propagande du Royaume comme une purge salutaire destinée à faire rendre gorge aux corrompus, n'a trompé personne. Ce n'était pas l'abolition des privilèges mais le signal de leur subordination au bon vouloir de Salman qui seul désormais, dispose des prébendes. Six mois après le rapt, le secret n'a toujours pas été percé ni sur le nombre ni sur l'identité des kidnappeurs et des kidnappés du Ritz. Nul ne connait la liste des personnes interpellées, celle des torturés, des disparus... Les princes libérés contre rançon sont toujours assignés à résidence et empêchés de communiquer. L'omerta est totale. Conséquence : tous les acteurs de la vie économique et financière sont tétanisés et la peur des puissants étant contagieuse, elle a contaminé toute la société y compris les gagne-petits.

Chez May, Trump et Macron
Il y a un mois, Salman fils a entrepris une tournée de ses principaux alliés. À Londres, il a câliné les autorités en déposant un chèque à neuf zéro pour l'achat d'avions de chasse. À Washington, il a rencontré un Trump qui lui a renouvelé sa « grande amitié ». Au Texas et en Californie il a enchainé les amabilités, multiplié les commandes, et flagorné les lobbying sionistes. Pendant que des manifestations pacifiques était réprimées à Gaza – 27 morts, 2 000 blessés – le Prince héritier s'abstenant d'évoquer ces massacres déclarait : « les israéliens ont le droit d'avoir leur propre terre » ce qui en termes diplomatiques, vaut reconnaissance implicite. Ce langage inédit a enflammé les réseaux sociaux au point que le roi depuis Riyad, a jugé opportun de tempérer les propos de son fils.

Le Prince Ben Salman achèvera sa tournée de séduction par une escale à l'Elysée. Avec ou sans le Crif, Israël sera au menu d'un dîner. Accessoirement le Yémen impunément ensanglanté, la Syrie, le Liban, l'Afrique du nord...et bien évidemment l'Iran qui est une obsession partagée. On parlera aussi affaires. L'armement de la françarabie est en panne. Le Prince veut fermer définitivement la centrale d'achat ODAS que Paris s'obstine à considérer comme son office de vente. Pendant que sur le front des offensives saoudiennes au Yémen, les canons made in France français accumulent les coups au but, Paris ne songe nullement suivre l'exemple de l'Allemagne qui a suspendu ses ventes d'armements. D'autres dossiers commerciaux tout aussi stratégiques seront subsidiairement abordés comme ceux du nucléaire civil et du pétrole, mais seules les coopérations dans les domaines de la santé, de l'écologie et de la culture seront mises en avant. Car l'objectif de Mohamed Ben Salman à Paris est surtout de se voir décerner un brevet « honoris causa » de bonne conduite pour sa politique de modernisation de l'islam politique, d'émancipation des femmes, de lutte contre la corruption et le financement du terrorisme....et d'afficher sur la scène internationale son image de futur roi saoudien israëlo-compatible.