lundi 21 avril 2014

Paris et Riyad, Kiev et Moscou: aux armes et caetera...



Le salon international Eurosatory, vitrine mondiale de l'armement terrestre se tiendra dans huit semaines à Paris. Pour des raisons conjoncturelles différentes, deux pavillons seront particulièrement visités : celui du Français Odas et de l'Ukrainien Ukrspecexport.

Odas, ex-Sofresa, est une officine commerciale créée il y a quarante ans pour promouvoir les exportations françaises sensibles vers l'Arabie Saoudite. Longtemps considérée comme la machine à exporter les plus efficaces du genre, elle a perdu cette réputation enviable au fil des compétences variables de ses dirigeants nommés par l'Elysée. L'exportation est un métier. Celle des armes ne souffre pas d'amateurisme surtout en Arabie Saoudite, marché convoité qui engloutit chaque année plusieurs dizaines de milliards de pétrodollars d'armes sophistiquées.
Durant la dernière décennie, de nombreux couacs - dont le plus connu est celui de Sawari 2 - ont terni les performances françaises. Pour juguler ces dérives, l'ancien chef d'Etat Major des Armées a pris la Présidence d'Odas. Il revient à cet Amiral, qui succède à un autre marin étoilé la tache de conclure un ensemble de projets de contrats totalisant une trentaine de milliards d'euros au doigt mouillé : des missiles sol-air, des Frégates, et surtout la création clé en main d'une flottille de sous-marins incluant deux bases et la formation d'équipages mutualisés. Le challenge est gigantesque pour cette PME d'une cinquantaine de personnes dont on suppose qu'elle héberge la fine fleur des compétences du commerce extérieur de la France au Proche-Orient. 
Apparemment il n'en est rien puisque la Direction des Affaires Stratégiques du Ministère de la Défense vient de lancer un appel d'offres pour échographier les circuits de décisions de l'armée saoudienne. L'étude a pour objet la «  détermination des clans influents dans l'organisation et le fonctionnement des forces armées et de sécurité et les choix stratégiques du royaume d'Arabie Saoudite. »

On notera sans ironie que la France, forte de la plus nombreuse communauté de citoyens d'origine arabo-musulmane d'Occident, devrait être au diapason de l'anthropologie militaire du royaume gardien des lieux saints de l'islam. Mais, il faut croire que cette tribu bien française est inconnue du Ministère de la Défense. C'est pourquoi, dans l'hypothétique attente d'une étude complémentaire d'identification clanique des musulmans de l'hexagone, Paris reste « en panne d'interlocuteurs à Riyad » selon la formule du très informé bimensuel français « Intelligence Online »
D'évidence, le renseignement économique français n'est pas à la hauteur des ambitions commerciales du Ministère de la Défense lequel compte très peu d'arabophones et où aucun officier musulman n'a jamais percé le plafond de verre. Alors forcément, le dialogue avec les Saoudiens se limite à des échanges à contre-sens entre mécréants de différentes cultures. Cette faiblesse profite aux concurrents anglo-saxons plus perspicaces et aux intermédiaires aventuriers de petites pointures.

Pourtant, l'identification des décideurs saoudiens est devenue chose facile depuis qu'un anonyme très bien informé a décidé de jouer les corbeaux sur la toile. Le twitteur « mujtahidd » est suivi par un million trois cent mille « followers » ! Les révélations documentées publiées dans ses quelque huit mille messages sont stupéfiantes. Rien que pour ce qui concerne la France, « mujtahidd » a l'an dernier nommément désigné une palanquée d'amiraux saoudiens soupçonnés d'être au cœur d'un dispositif de corruption avec la France. Si le délateur internaute n'a pour le moment cité aucun complice étranger, ce n'est pas par ignorance mais probablement par délicatesse, à moins qu'il n'en existe pas...
L'insaisissable « mujtahidd » multiplie les dénonciations en tout genre y compris sur les transactions sensibles impliquant les Altesses favorites de la Cour. À la notable exception du Middle East Strategic Perspectives, la presse tait scrupuleusement ces informations. Mais dans le Landerneau des industriels de l'armement, il est à craindre que  l'insaisissable « mujtahidd » continuera de faire discrètement grand bruit au prochain salon de l'armement.

A Eurosatory mais pour des raisons différentes, les curieux impénitents seront attirés par un autre pavillon. Ukrspecexport est la société commerciale d'Etat qui coordonne les exportations d'armes ukrainiennes. Ce n'est pas rien ! Car tout un chacun ne le sait pas, mais l'Ukraine est l'un des dix principaux producteurs d'armes au monde. La singularité de son industrie multi-produits est d'être étroitement complémentaire et interdépendante des systèmes russes.
Par conséquent, au delà des enjeux géostratégiques et gaziers d'actualité, l'Ukraine est au centre d'une course aux armements conventionnels sur fond de guerre froide que se livrent la Russie, les USA et dans une moindre proportion l'Europe.
Voici quelques échantillons de la production industrielle ukrainienne :

Artem basé à Kiev fournit les missiles air/air des chasseurs bombardiers Mig-29 dont 800 exemplaires sont en dotation dans les armées d'une trentaine de nations ; et aussi ceux des Sukoï 30 qui équipent une douzaine de pays. L'industriel fabrique également les missiles anti-char guidés par laser des hélicoptères et blindés russes.
Sevastopol aircraft Plant entretient et reconditionne les hélicoptères lourds, notamment le Mi-8 dont 12 000 exemplaires sont en service dans 43 pays !
Antonov à Kiev, c'est une usine gigantesque qui emploie 14 000 personnes ! L'avionneur spécialisé dans la production partagée avec la Russie d'avions gros porteurs, assure également dans ses ateliers l'entretien d'une flotte mondiale de plusieurs milliers d'appareils parmi lesquels les avions cargos affrétés par la France pour ses opérations extérieures et l'Onu pour le déploiement de ses forces d'interpositions et autres actions humanitaires.
Kraz construit des camions baroudeurs qui évoluent sur des terrains difficiles, appréciés des armées chinoises, égyptiennes, algériennes...
Malyshev à Karkiv produit des blindés 8 roues amphibie et reconditionne les chars lourds Russe T- 64.
Iska est un radariste réputé, Migremon aussi, Aviacon est un motoriste d'hélicoptère, Morozov produit des chars Motor sich des fameuses turbines d'aviation...

Le catalogue illustré d'Ukrspecexport est une encyclopédie de poche pour marchands de canons.
Spécialisée dans la fabrication de sous-ensembles, l'industrie d'armement ukrainienne est par conséquent au centre d'un formidable combat de l'ombre. La Russie ne peut envisager sans broncher la rupture des chaînes de production de plusieurs de ses systèmes d'armes, or les mesures de relocalisation stratégiques en cours ne seront opérationnelles que dans plusieurs années. En attendant, la désorganisation institutionnelle commence à peser sur les capacités de défense non seulement des Russes mais aussi sur celles de ses amis et alliés. Ainsi, la Chine, l'Inde, l'Algérie, la Syrie... sont-ils contrariés par les retards de livraison d'équipements et de pièces détachées. Pour d'évidentes raisons d'opportunités commerciales, les industriels euro-américains, israéliens et sud africains ont commencé à jeter de l'huile sur le feu en proposant des transferts de technologie sécurisée. Parallèlement, ils soumettent à cette clientèle - essentiellement les BRICS et les pays en voie de développement - d'alléchantes propositions alternatives.
Alors que, mondialisation oblige, il était devenu courant d'équiper un navire de guerre ou un avion de chasse avec des composants provenant des quatre coins du monde, la crise ukrainienne a déjà pour conséquence un retour à la bipolarisation des sous systèmes de défense.
L'industrie française saura-elle en tirer avantage ?

Aucun commentaire: