samedi 25 mai 2013

Tunisie, la marche des fous


Amina la tunisienne est folle.
Sur la toile elle exhibe ses tétons. La police et sa famille la séquestre. A 18 ans elle n’a pas toute sa raison voyons ! Cacher ces seins que la Tunisie ne saurait voir. Les psychiatres sont appelés en renfort, et même un chirurgien, car on envisage de lui couper les nichons.
Elle s’évade, puis, comme Jeanne d’Arc elle s’en va bouter les wahhabites hors de Tunisie.
Elle est la pucelle de Kairouan ! « FEMEN » écrit-elle sur un mur. Sacrilège ! Le mur est celui du cimetière, des macchabés se lèvent pour hurler à la profanation !

La police pose les scellés sur l’aérosol et le rouge à lèvre.
L’insensée est mise à l’ombre. En hâte des magistrats moustachus consultent les tables de la loi. Ils trouvent de quoi la fouetter mille fois. Sous la pression de l’opinion internationale, les juges se contenteront de l’exiler à la prison des femmes voilées, à la prison des femmes violées, à la prison des femmes révoltées.

En Tunisie, la fatalité du «  peuple habitué à la servitude héréditaire » se brise.
Sans haine ni violence, des hommes et des femmes  anonymes marchent dans l’ombre mais avec détermination. Ils sont vingt et cent, ils sont des millions.
Seuls quelques uns d’entres eux prennent la lumière des médias, ils sont autant de drapeaux pour les suivants.
L’allumette de Bouaziz, la plume de Ben Brik, le tweet d’Amamou, le sacrifice de Belaïd et la poitrine  d’Amina : « la Liberté guidant le peuple ».

4 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Montrer ses seins c'est ca la liberté..et quels seins !!!y'a pas autre moyen????

HYB a dit…

Cher anonyme,
La révolution française de 1830 dite des "trois glorieuses" a inspiré au peintre Delacroix un tableau allégorique dont la puissance a traversé les âges. Cette toile immense est exposée au Louvre.
Pour le reste, vous avez sans doute raison. Au japon il est malséant de dénuder le pied, ailleurs c'est le visage. Le sein nu est pratiqué par des millions d'africaines, en Tunisie, on ne le chasse pas à La Résidence de Raouad, pas d'avantage sur les plages chics de Djerba ou d'Hammamet. On trouve le sein nu chez les plus pauvre et chez les plus riches. C'est vrai qu'il est absent en islam mais aussi dans la plupart des religions.
J'ai le plus grand respect pour la gamine Amina non pas tant pour ses opinion et la manière dont elle les défend, mais parce qu'elle se bat.

HYB a dit…

J'ai oublié de mentionner le titre de le toile de Delacroix "La liberté guidant le peuple" admirée par des centaines de millions de touristes chanceux.